Chorégraphies urbaines

ou l’anonymat urbain, une pièce chorégraphique pour 4 danseurs un musicien et une vidéaste

Danse // Musique // Arts numériques

(création 2011)

Clotilde Tiradrittichorégraphie danse et voix
Patrick Matoiancomposition musicale
Sissi Guoicréation vidéo et lumières
Fabienne Lebretondesign graphique

 

Avec Elisabeth Valentini, Gregory Kamoun, Marianne Raschmult et Clotilde Tiradritti

Durée30 minutes
SL_CDV_1
M.
SL_CDV_3
Etude pour une chorégraphie urbaine

A partir de l’observation des gens et de situations tirées du quotidien, cette pièce explore les processus de l’identité et de l’anonymat urbain.
Quel rôle jouent donc les apparences et les stéréotypes dans les interactions corporelles au milieu d’une foule ?
Comment le corps habite la foule, comment existe-t-il et s’inscrit-il dans ces flux ?
Saisir in situ des manières d’être seul ou ensemble, des modes d’évitements ou de rencontre, des collision d’univers identitaires différents.
La ville n’est jamais un simple décor mais un lieu ouvert à de véritables scènes de mise en visibilité réciproque sur lesquelles les expositions de soi rencontrent tous les fantasmes autour de l’anonymat.

Partenaires

Production : Compagnie Héliotropion,
Partenaires: Fondazione Teatro Nuovo per la Danza à Turin,
Accueil en résidence : Centre National de la Danse à Pantin (prêt de studio).

D'un point de vue technique

Equipe : 5 artistes + 1 technicien lumière,
Espace de scénique : idéal 10m x 10m / minimum 8m X 8 m, avec tapis de danse ou parquet sur toute l’aire de jeu,
Besoins techniques : écran ou surface de projection 6m x 4,5m,
Sonorisation : système de diffusion, amplification et câblage adapté à la salle avec 4 entrées XLR.

Pour recevoir un dossier artistique et une fiche technique complète merci de nous joindre grâce à notre formulaire de contact.

Back To Top
Rechercher